L’Assemblée nationale examine le 22 janvier une proposition de loi sur l’exposition aux rayonnements électromagnétiques produits par les téléphones portables et autres wifi. Une proposition très faible dans un domaine où le poids des lobbies est particulièrement pesant. Enquête.

Petit à petit, les preuves s’accumulent. En 2011, le Centre international de recherche sur le cancer a classé les ondes électromagnétiques dans le groupe des « agents peut-être cancérigènes pour l’homme ». En 2012, le rapport « BioInitiative », au terme de l’étude de plus de 1 800 publications sur ces ondes, a conclu que « les effets biologiques [en] sont établis », même « à des niveaux d’exposition très bas ». En octobre 2013, en France, le rapport de référence pour les décideurs a été réactualisé par l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire). Il indique qu’il n’y a pas « d’effet avéré » des ondes sur la santé humaine… Mais il recommande quand même la prudence, notamment de limiter l’exposition des enfants aux téléphones portables.

« Les ondes, on ne les voit pas, on ne les entend pas, on ne les sent pas », répète Janine Le Calvez, présidente de l’association Priartém. Facile, donc, de nous faire douter qu’il n’y a pas de problème avec ce phénomène physique pourtant bien réel…

La suite ici : https://reporterre.net/Comment-les-lobbies-nous-font