En juillet 2016 une étude du CIRC (une agence de recherche de recherche sur le cancer de l’Organisation Mondiale de la Santé) révélait que 500 000 cas de cancer de la thyroïde avaient été sur-diagnostiqués ces vingt dernières années.

Dans les 12 pays étudiés, dont la France, l’Italie et les États-Unis, le constat est identique : avec l’apparition des nouveaux moyens de détection que sont les échographies et les IRM notamment, de nombreux cas de cancers bénins auraient donné lieu à des traitements lourds et disproportionnés.

L’étude souligne qu’une surveillance de leur évolution plus longue aurait pu éviter de nombreux actes aux patients présentant des tumeurs à faibles risques de développement.

Source

%d blogueurs aiment cette page :